C’est un véritable coup de cœur touristique.  Bez Bédène est un site incontournable pour les personnes à la recherche d’endroits originaux et quasiment restés à l’état sauvage. Ce hameau paisible se situe à 564 m d’altitude, dans un méandre de la Selves, en aval du barrage de Maury, proche de Saint Amans des Côts, bourg principal de la Viadène.

Quant à La Viadène, c’est un plateau délimité au Sud par la vallée du Lot, à l’ouest et au nord par celle de la Truyère et à l’Est par les monts d’Aubrac. Site pittoresque et remarquable, Bez Bédène se trouve sur un éperon rocheux granitique comme enchâssé dans un cirque impressionnant et façonné au fil des siècles par la rivière Selves. Il est superbement dominé par le puy de Montabès. Les amoureux de la nature et des endroits calmes l’adorent.

On accède au hameau de Bez-Bédène (commune de Campouriez) par la route qui descend directement depuis Saint-Amans-des-Cots, ou bien par le petit chemin de la vallée qui remonte vers le hameau après avoir franchi la Selves sur le pont dit « romain » ou « de la Banide ».  Attention à ce petit pont très étroit. Mais il Il vaut aussi le coup d’œil. Il date du XIVe siècle. 
Un peu plus loin, on peut voir les vestiges d’une voie romaine. D’un point de vue historique, cela démontre que le lieu était fréquenté de longue date. D’après certaines recherches, le nom de Viadène ferait d’ailleurs référence à la «Via decima », dixième voie romaine. La présence de cet ancien axe de communication, tout comme l’appellation de « pont romain » laisserait supposer que des pèlerins de Saint-Jacques passaient par cette voie au Moyen-Age. On retrouve la même appellation pour le petit pont « romain » à l’entrée de Conques, par exemple.

Le village de Bez-Bédène s’est, selon toute vraisemblance construit autour de son église. Un ermitage a été fondé au XIe siècle par saint Gausbert, chanoine de Rodez, avant qu’il ne parte fonder vers 1070 l’abbaye de Montsalvy (Cantal) grâce à une donation des seigneurs de Carlat. Ses reliques sont conservées à Laussac (en aveyron).

 En 1087, l’ermitage est transformé en église paroissiale. Celle-ci devient un prieuré qui est ensuite uni au collège des Jésuites de Rodez en 1576. De nos jours, le prieuré reste le monument phare de cet éperon rocheux. Mais ce n’est pas le plus impressionnant à voir.

 Car la surprise qui attend les visiteurs, ce sont bien ces roches immenses en granit. Dans la région, ces pierres affleurent à même le sol et se retrouvent parfois au sein même des cours des maisons. Pour les admirer, il faut avancer à l’endroit d’une grande croix montée sur un socle (également en granit), et juste en face des maisons du village, pour voir se dresser un paysage de rochers granitiques dont les formes étranges ont produit des légendes au fil des siècles. Dans ce paysage, tout droit sorti des légendes nordiques, se distingue un ensemble de pierres qui tiennent en équilibre. Ce rocher dit tremblant, comme l’appellent certains habitants (le mot dolmen revient également) ne peut laisser insensible tant il parle à notre imaginaire.

Plusieurs autres rochers d’ailleurs portent des noms donnés autrefois par les habitants, à ces pierres, selon leurs formes. Dans les textes, on retrouve les appellations de « roc del citrou« , « roc de l’ohuc« , »roc de los Cocudos » (en rouergat ou occitan).
C’est donc dans  cet environnement rocheux que se blottit le hameau et ses maisons en lauze, à voir absolument. Au fil de la balade dans le village, on découvre également un four à pain.

Depuis le site, on peut aussi profiter de plusieurs chemins de randonnées.

Depuis le four à pain et tout droit jusqu’au cimetière, c’est l’occasion de réaliser une balade d’une 1h30. De difficulté moyenne, elle est accessible au plus grand nombre. Cette balade permet d’admirer de beaux paysages, de prendre le frais dans les sous-bois, tout en continuant à admirer le site sauvage et magnifique, à travers le contour de la presqu’île, des gorges de la Selves et du calvaire. Deux autres chemins (plus sportifs) sont balisés pour la randonnée.

Bez-Bédène est aussi l’occasion de (re) découvrir des artistes contemporains, comme Claude Baillon. Ce peintre-artiste, installé à Millau, a créé de nombreuses oeuvres dans des lieux publics en Aveyron dont des vitraux au sein de l’église de Bez-Bédène.

Bedene G01
Entrée de l’église
Bedene D01
Vitrail de Claude Baillon

Par ailleurs, en allant à Bez-Bédène, autant découvrir ses environs, comme Campouriez. Le village de 360 habitants offre des services pour passer un agréable séjour. Citons le camping et sa piscine chauffée, ainsi que ses deux gîtes (trois étoiles), l’un est situé à Campouriez, le second à Bez-Bédène. A voir également  son musée, reconstituant une classe d’école des années 1930/1960 , son espace Charles de Louvrié (1821-1894) , un enfant du pays, précurseur du principe de la propulsion par réaction,  ainsi que des expositions  ponctuelles en période estivale.

La commune offre également sur le site 40 voies d’escalade et une tyrolienne.


Retour dossier
Pour retourner au dossier >>>

Coordonnées GPS :
N 44°41’21’’  E 2°36’25’’

Pour plus d’informations :
Le site de la mairie : cliquez-ici
Des idées de randonnées : cliquez-ici

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici