Le Château de Taurines présente pour sa 39ème édition, l’exposition « Artificielle apesanteur » de Nicolas Sanhes, qui rassemble pour la première fois un grand nombre de peintures, une sélection des quatre dernières années : 55 toiles et 8 sculptures de moyen format. Connu pour ses sculptures monumentales, l’artiste crée des œuvres abstraites au formalisme singulier qui utilisent un répertoire de formes épurées.

La sculpture de Nicolas Sanhes relève le défi de la construction, quand on sait le travail qu’il faut à chaque fois pour transformer ces poutrelles d’acier lourdes et têtues en lignes aériennes. Elles n’apparaissent pourtant pas au final comme le résultat d’une addition, d’une construction qui aurait peu à peu pris place dans l’espace pour installer une évidence formelle. On pourrait même croire qu’un peu de transparence a été soustraite à l’air pour en faire émerger une géométrie inconsciente. Le pari sera ici de penser que la peinture de Nicolas approfondit ce paradoxe et l’éclaire

NS02

 » ma sculpture est la structure primitive de ma peinture « 

Nicolas Sanhes

Depuis plusieurs années, Nicolas Sanhes développe une oeuvre picturale où la recherche esthétique interroge la perception de sa sculpture. Bien que les sculptures monumentales soient emblématiques de la recherche plastique de l’artiste, il utilise la ligne comme matière première, l’ajustant au travers de variations géométriques pour sculpter l’espace et révéler un volume ainsi qu’un vide.

Récemment, il a approfondi ses travaux sur l’immatérialité et le vide à travers la peinture.

Ce travail pictural crée un écho au jeu de perception spatiale qu’il développe dans ses sculptures. Le philosophe Jean Colrat qualifie de « Sculpture iconique » * l’oeuvre de Nicolas Sanhes et met en regard pour la première fois le travail du peintre face à celui du sculpteur. Le philosophe analyse ces deux pratiques sous une approche inédite et répond à cette question : Comment regarder une oeuvre d’art ?

NS03
NS04

Les dernières peintures nous parlent toujours d’espace et de forme sous toutes leurs facettes. Cette exposition nous donne à voir une chronologie de la création : le lien indéfectible entre la sculpture, les études papiers, les dessins et la recherche picturale. Elle nous apporte les clés de compréhension sur une oeuvre qui se déroule, se déplie et se déploie entre ces différentes pratiques fondamentales dans une temporalité longue pour atteindre une singularité chère à l’artiste.

Dans cette série Nicolas Sanhes se concentre sur les espaces qui se révèlent entre les lignes d’acier de ses sculptures. Il photographie ses sculptures pour isoler les découpages de leurs vides et transpose ces formes en un répertoire formel propre à son esthétique, sujet à peindre de ses peintures, qui aujourd’hui trouvent leur propre autonomie.

NS05
NS06

En se confrontant à un autre espace, l’artiste renouvelle la même dynamique créative pour produire des oeuvres caractérisées par un subtil équilibre entre les lignes, les vides et les pleins. Il démontre que son travail maîtrise parfaitement l’art de l’équilibre et que la simplicité apparente est en réalité complexe.


A l’occasion de cette exposition le Château de Taurines édite un catalogue « Artificielle apesanteur » de Nicolas Sanhes avec des textes de Benoît Decron, directeur/conservateur du musée Soulages de Rodez et de Yves Michaud, philosophe et de Jean Colrat, philosophe.

Couc Catalogue

A propos du Château de Taurines

Caht Taurines

Château XIIIème – XIVe siècle situé au coeur du petit village rural de Taurines, commune de Centrès en Aveyron.

À partir de 1981, une association de bénévoles a redonné vie à ce château en collaboration avec les compagnons du devoir qui ont réalisé de véritables chefs d’oeuvre :

Escalier à vis à noyau creux, clé à voûte suspendue, porte monumentale, cheminées…

Forte de cette initiative, les bénévoles de l’association ont organisé au château de nombreuses animations culturelles afin de financer en partie les travaux à réaliser. C’est dans cet élan que furent créées les premières initiatives de diffusion de l’art contemporain dans le département de l’Aveyron. De nombreux et nombreuses artistes ont habité le château par leurs créations comme Claude Clarbous, Victoria Klotz, Nicolas Primat, Delphine Gigoux-Martin, AURÈLE, Michel Cure, Armand Jalut, Grout/Mazéas, Romain Bernini, Virginie Barré, Damien Deroubaix, Françoise Quardon, Baptiste Debombourg, Stéphane Belzère, Daniel Coulet, Arno Fabre, Marion Le Torrivellec, Jérôme Souillot …

Depuis 1985, le château accueille chaque été une exposition d’art contemporain et constitue un véritable lieu artistique en invitant des artistes à se saisir du lieu.

Toutes les infos sur le Château de Taurines : Cliquez-ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici